En quelque recoin écarté de l’univers répandu dans le flamboiement d’innombrables systèmes solaires, il y eut une fois un astre sur lequel des animaux intelligents inventèrent la connaissance. Ce fut la minute la plus arrogante et la plus mensongère de " l’histoire universelle " : mais ce ne fut qu’une minute. A peine quelques soupirs de la nature, et l’astre se figea, et les animaux intelligents durent mourir. (Nietzsche)

Acrylique sur bois - 120/75 cm - 2004

Une rêverie bretonne habitée des esprits et fées celtes.C’est un instant insaisissable, hors du temps, ou les ombres s’allongent et les couleurs vibrent. La nuit, le néant, la mort  prennent place ... c’est la fin d’un cycle.Le soleil comme un fruit trop mur disperse ses graines ...

L'Heure Des Korrigans